F.A.Q. Business-ObjectsConsultez toutes les FAQ

Nombre d'auteurs : 15, nombre de questions : 101, dernière mise à jour : 2 septembre 2018 

 
OuvrirSommaire DesignerTables et vues

La notion d'alias permet de créer des univers autour d'une base de données au schéma physique complexe. Cela permet de créer plusieurs objets issus du même champ d'une même table, et de les définir fonctionnellement en fonction des jointures avec les autres tables de l'univers.

Cela permet par exemple de faire apparaître des liens "Dirigeant/membre de l'équipe" dans une même table "Ressources humaines". L'administrateur peut ainsi créer un objet différent selon l'intérêt de l'utilisateur.

Ex : Soit un schéma qui inclut les notions de prêts et de commandes d'articles. Le Designer créera deux objets :

- "articles prêtés", faisant référence à la table "articles", reliée à la table "clients" via la table "prêts" ;
- "articles commandés", faisant référence à un alias de la table "articles", relié à la table clients via la table "commandes".

Ainsi, une même table peut être « clônée », et ce sont les jointures qu'elle a avec d'autres tables qui la définiront d'une manière fonctionnelle.

Cette notion de "couche sémantique", d'accès aux données à travers des objets du métier et de moteur de génération de requêtes SQL est encore aujourd'hui une grande force de l'outil Business Objects. D'autant plus que BO est capable de générer des requêtes complexes, contenant des opérateurs ensemblistes, des sous-requêtes ou plusieurs requêtes SQL.

Créé le 8 décembre 2007  par bastoonet
  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2008 Developpez Developpez LLC. Tous droits réservés Developpez LLC. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents et images sans l'autorisation expresse de Developpez LLC. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.